à vivre la poésie serrée
comme une fête immobile
leurs rêves ont pris quelques roues d'avance

comme une grâce en devenir
tout un fourbi de vie
qui dort à même leurs pans de nuit

j'aime cette poésie à mémoire de forme
où chaque mot ramène à la maison
toi qui range les souvenirs aux volets bleus
comme on range la chambre

j'aime aussi ces lignes
aux bagages humides
qui tiennent toute la rue
de trop de saisons mortes

celle des soirs pendus