nos heures caniculaires
ne répondent plus de rien
loin s'en faut
et si l'été marche entre nous
embarquons à voix basse
ce petit vent dans la poitrine
doux comme l'enfant
et son village d'oiseaux
nous aurons alors raison de nos paupières

les yeux rivés sur l'horizon