poète prisonnier
camarade fidèle
ta chaise est vide
le marché noir
les mots ont disparu
sur la pointe des pieds
sans crier gare

je les ai tous emporté
en ma zone libre
pour qu'ils respirent un peu
tu vois
ton poème vit ici aujourd'hui

peut-être ailleurs aussi