à ce pari tendu
tout est présent
sur le qui vive

où possibles sont
grises crevettes
étrilles moirées
et autres coques fines

au sel de fruit
comme on se défait de soi
d'une mer dépassée
chacun y va de sa petite pêche
de sa petite bêche
où l'écume se retient

quel miroir s'inventer
légende de belles vagues vertes
à l'implacable clarté

toi qui ne sais qu'essuyer
de mes pieds froids
le sable vif incrusté