falaise
toute une année d'errance
se retient à l'azur

comme le vent tourne dans son désir
l'eau forte est sur la brèche
ronge les mots du temps

l'usure est sans retour
invoque l'imminence
au précipice
ne laissant à la pierre
le temps de réfléchir