à l'alphabet
de ceux qui osent
impose le teint blême

quarante jours
sans pain ni prose
et ce carême

ne m'oblige pas à prendre
dans l'ombre des portes
une autre pose
un de ces trains qui partent à l'Est

le moindre mot est un blasphème
en ce poème à toi qui même
de ce carré de mémoire
m'aime