il me souvient
ce "désir sans douceur"
la course folle de nos pas
aux pieds parfaits

le long chemin de vérité
que nous prenions à la légère
qui dans son dévoilement
portait la doxa
d'un troupeau monstrueux
à l'opinion confuse

en nous tremblaient déjà
les ventres chauds de l'été
ce très grand vent de sable
entre désert et méditerranée