c'est un matin ivre de côte
le devoir vif de grisaille
plus vaste que l'oubli

tout neuf
à pas feutrés
loin des contours d'hier
se prépare le geste d'avril

vague parmi les vagues
un lendemain d'occasion
qui trouvera peut-être son ciel
comme on se jette d'une falaise