aux boucles de la Seine est un coin de pays
un pays d'eau et son large

saules, trembles couchés par les crues d'acier
bordent les jardins ouvriers au limon généreux
une industrie d'eau douce et son pain sur la planche

ici tout est dit de ce qui compte
de son bord le vieux bac
s'imagine que midi c'est l'été

dans le détour frétillant d'un bras de réserve
baigne un petit bout de pâture à l'herbe neuve
que ce peu est facile

vent debout il y a dans l'air comme une urgence
qui parle d'un monde resserré aux quatre horizons

le vrai du fleuve, lui, noir comme l'encre
passe au loin sous un ciel sale

roulé comme un cœur tout ce bazar y va de son charme
ça étale
ce qui arrange les choses en moi

je joue un peu de la moustache contre la vitre
et abandonne le petit carnet de notes à ses traces
à ce tremblé de train qui ne sait que revenir
de l'autre côté de l'eau