au jardin d'hier
on est deux dans un
mais c'est toujours moi seul

sous le pointu du jour
à ce bel endormi

le vent et les ventres
férus de râles et de mots frêles
s'allongent à la voûte du temps

une place où le mal se tient un peu tranquille