j'ai oublié
le trait du temps
la main courante de l'histoire

j'ai oublié
le son des bottes
cette menace de précision à l'argument de cuir

j'ai oublié
le nom de ces enfants se risquant aux buissons
la route vive creusant le flanc des compagnons

j'ai oublié
le blanc souci qui dicte nos envers
rien ne peut naître au jour
après l'aube sans joie

j'ai reconnu
la ville qui est en toi
ceux qui ont tant manqué

j'ai reconnu
le rouge de Valensole aux lieues de pénitence
l'arsenal de vent sombre soufflant sur la mémoire
la belle moisson vide au plateau des illustres

j'ai reconnu
la nuit montante, furieuse souveraine
l'inhérente bravoure aux morceaux de lumière
l'amandier de 'Princesse' qui épousait vos ombres

j'ai reconnu
le cercle des muses où je m'épuise à te réinventer


... à René Char