à sa dernière toilette
ouvrir le ciel au dos de fatigue
jusqu'à la fin de l'œil

passeur de lumières imprime la falaise innée
dans le grand bol tourmenté du jour
l'étiquette irradiante a rincé ses obscurs
aux parois sans mémoire l'éloge est souverain

la dune respire enfin
tout l' horizon est à la tâche
qui d'une voix rugueuse
raconte au pays noir le minerai impatient
l'enfance buissonnière où culmine l'aïeul

à la fusion des naïvetés tout est contraire
l'alentour et l'abord
l'autre manière de solitude
le vent d'urgence aux enfants fous de l'hiver

il faut écrire encore

l'imprévisible rituel
aux prémices de décembre
le manifeste froid qui fait rêve d'errance


j'allum' ech' quinquet A ti,
Ti qu’é parti, sins bruit, sins frusquin
Un bio matin ...