andalou de fortune
j'ai invoqué le vent douteux
sa force nue dans les arènes

au souffle trivial j'ai emprunté l'icône
les cornes de prestige au dos voûté des ombres

j'ai reconnu son cheval d'apparence
à la convalescence du jour
et j'ai boité au bord du même sillon fou

encore penché sur un midi brûlant
j'accorde mes sabots de lumière
à ce tourment de pierre

j'efface
une forme de loi
en sa terminaison

toute une vie dite sans accent