Il me parvient ma mie de vieux instants si doux
L'ombre d'une tonnelle où vous restiez assise.
De vos pieds blancs et nus de votre bouche exquise
Un éclat éternel sous les branches de houx

Il me souvient l'envie près du cheval fourbu
En ce sillon d'Artois comme une cicatrice
Dans cette boue de France ouverte au sacrifice
Un souvenir de vous au fond du trou d'obus

Je laisse à votre épaule un long soupir paisible
Une main doucement vous conter l'indicible
Et m'en remets à Dieu et à ce siècle ingrat.

De vous quitter amour mon coeur est plein de larmes
Le rêve au petit jour est passé par les armes
Il coule un peu de vous juste là sous mon bras.