Portier de nuit au Zanzibar
Le mamelouk un malabar
Patibulaire et goguenard
Mate mon look et me rembarre.

Sans bruit en douce je me glisse
Par une porte de service
Juste à l'arrière des coulisses
Pas vu pas pris en back-office.

Assise au bar la langoustine
Une lolita de magazine
Passe en revue et assassine
Mes mexicaines et mon vieux jean.

Un gomeux triste broie du noir
Me sert un verre et son histoire
Le knockando sur le comptoir
Fume et réchauffe ma mémoire.

Dans ce vieux club pour quelques flûtes
S'envoie en l'air, Lili la pute
Virtuose de la culbute
Sans détour et sans parachute.

Un mec louche à moitié black
Costaud, costard façon big-mac
Règle ses comptes dealer de crack
La balle claque et me flash-back.

Trop tard...