Tu t'exposes
Caches bien des choses
Tu exploses
Craches, sans raison, sans cause
Tu composes
Lâche, et reprends la pause

Passé qui indispose
De tourment en névrose
Qui ruine et décompose
En dépassant la dose
Le coeur qui se sclérose
Comme à la fleur, chlorose

En cet été morose
Où plus rien ne repose
Restent des lettres en rose
Au parfum de symbiose
Des mots de cellulose
Du doux temps de l'osmose

Sabir étrange, apothéose
Maquilleur d'ecchymoses
Tatoue des notes virtuoses
Qui se métamorphosent
Mots croisés, mots qui osent
S'écrire en ligne, en prose

En cet été morose
Où le chagrin s'expose
Mises en terre rimes en Oz
Pour qu'une prairie éclose
Même si rien ne l'arrose
Que larmes sous hypnose

Reste alors bouche close
Qu'un vieil amour oppose
A ce passé qui glose
Reste muse, autre gnose
En regret éternel, la rose
Qu'un vieil amour dépose