POETIC.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 1 mars 2019

PorteFolio 2019 16

PF 42

PorteFolio 2019 15

derrière

PorteFolio 2019 14

PF 40

PorteFolio 2019 13

PF 66

PorteFolio 2019 12

IMG_1584_-_Version_2.JPG

PorteFolio 2019 11

PF 58

PorteFolio 2019 9

PF 53

PorteFolio 2019 8

PF 63

vendredi 1 février 2019

PorteFolio 2019 10

PF 56

PorteFolio 2019 7

PF 65

PorteFolio 2019 6

PF 61

PorteFolio 2019 5

PF 51

PorteFolio 2019 4

PF 46

mercredi 30 janvier 2019

PorteFolio 2019 3

PF 49

PorteFolio 2019

PF 43

PorteFolio 2019

PF 41

lundi 28 janvier 2019

prière d'incinérer


petite annonce
apprise par cœur
un écrit vain

sa peau va te plaire
elle est noire
comme une idée

affaire à suivre

mardi 22 janvier 2019

va comme j'te pousse (vendange tardive)

ma belle lurette

je suis celui de peu
non dit de grand chemin
à la fortune des mots
ceux là qui vont par deux
et nos baisers qui poussent

celui qui souffle encore
sur la braise cent fois
qui roule et qui protège
ta pelote du froid
de ce bon bout de temps
et nos baisers qui toussent

je suis du petit prince
toute l'éternité
la gueule du silence
celui qu'on voit debout
d'un rien venue
cette petite laine à la mèche du vent
mais à hauteur d'enfant

mercredi 19 décembre 2018

ramona

l'heure toute neuve d'ici
et son zeste d'hiver
met le ciel dans de beaux draps

la ville qui ne sent plus rien
toujours à se plaindre de tout
lui dispute encore un lendemain
lui chante ramona

au frisson du vénéneux
elle ne tiendra
ni son petit matin
ni même l'odeur de l'air qu'on froisse

lundi 10 décembre 2018

ceux-là


et nous gardions notre guerre secrète
pourtant au bord de toi
dans ce zeste d'ici au gout de ciel gris
la petite main du jour sculptait l'hiver
comme autant de désordre légitime
dans la souveraineté du vide

indolent sur la brèche
ou l'inverse
à mourir dans d'inutiles forets
impasse inhumaine au chiffre père
à regarder la terre et le sang
qu'on y verse

à vrai dire
vous êtes encore plusieurs sur le dedans
à parler d'un amour si lointain
à vrai dire
comme une richesse qui n'aurait plus de mot
et ceux là étaient ceux que l'on aimait

mercredi 21 novembre 2018

côte à côte


quand tu seras la marque de mon jour
que deviendrais-je
amer au grand frais
le danger isolé
ou cette voix d'eau saine

par un chenal étroit
ce privilège traversant
à l'estran de nos nuits
un feu d'astreinte à la poupe vive

quand tu seras la marque pleine
que deviendrais-je alors

mardi 30 octobre 2018

.../


vive l’ampleur
la beauté en talent-aiguilles
le récif et l'écueil
ongles et plomb toute matière
les cris vains sur ta peau lisse

- page 1 de 46